Tous les articles par CommChateau

Le Château Coquelle

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » – Voltaire

Voltaire est bien connu pour ces écrits philosophiques et pour sa grande ironie, mais il est aussi fort reconnu pour sa vie de lutte contre l’injustice, l’intolérance, la cruauté et la guerre. C’est légitimement une référence chère au Château Coquelle. Plus précisément, par ce bon mot, il affirme que notre monde est fait de différences, de divergences et de postures contrariées, mais il y dit surtout que c’est bien cette altérité qui importe et que nous devons nous battre pour cela. Reconnaître l’autre dans sa différence de nous-mêmes n’est pas seulement lui reconnaître son identité, c’est au-delà de chacun et tous, faire de la liberté une valeur suprême, une pulsion de vie. Alors ne soyons pas forcement d’accord, mais soyons ensemble tout de même !

Les multiples ateliers de pratiques culturelles et artistiques en amateur en témoigneront par le fait même d’être des lieux de pratiques, chacune singulière voir divergente, mais qui proposées dans des espaces communs font émerger tant de partages. Tout comme en émergent aussi des projets collectifs, comme « Tunnel »; l’exposition annuelle « Surprises » ou encore les spectacles de fin d’année des ateliers théâtre et guitare, dans lesquels l’individu comme le collectif prennent sens. Un élément spécifique est d’ailleurs à préciser au titre du partage, puisque le spectacle de guitare de fin de saison, fêtera en 2019 ses 20 ans. De même, quelques modifications de temporalités des ateliers seront à prendre en compte du fait du retour du calendrier scolaire à 4 jours par semaine. La priorité de nos actions en direction des plus jeunes nous en impose légitimement la prise en compte.

Sur cette saison à venir, de manière cohérente avec cette volonté de faire commun ce qui nous sépare, les propositions des Rencontres Photographiques de Dunkerque poursuivront leur mise en débat de la société et de nos territoires, proches et lointains. Y seront ainsi questionnés l’environnement, le genre, l’urbanisation, l’espace portuaire, le travail… à cette dimension de mise en débat, la programmation de cette saison sera volontairement composée de propositions mettant en avant la plasticité et l’esthétique, mais ne nous méprenons pas, une telle approche peut porter une réflexion effective sur le réel. Précisons aussi ici une démarche de refonte des processus de formation et de médiation à l’image photographique en cours, aboutissant pour la saison à venir à de nouvelles propositions de formation sous forme resserrée de stages, correspondant à de nouvelles attentes des publics et s’attachant aussi à permettre des approches thématiques et spécifiques ; de même, pour la médiation qui sera composée désormais de multiples rendez-vous de rencontres avec l’artiste ou l’œuvre photographique.

Avec Récits sans frontières, de grandes thématiques de réflexion questionnant nos vécus communs traverseront la programmation à venir, comme la migration, la maladie, le genre, la solidarité, la curiosité scientifique, la rencontre de l’autre, les grands mythes fondateurs,… Nous y expérimenterons même une nouveauté au travers d’une scène ouverte des arts du récit. Fort demandé, ce projet intercommunal des arts du récit nous fait rencontrer de nouveaux partenaires, territoires et publics, qui participent d’une reconnaissance du Château Coquelle au-delà de nos frontières proches et symboliques. De même, au contact d’artistes régulièrement invités dans l’aventure, des regards singuliers nous apporteront des éclairages essentiels, pas seulement sur les grandes questions qui nous traversent, mais aussi sur ici et maintenant et comment nous y vivons.

Au travers des Ateliers Chorégraphiques du Château Coquelle, notre association trace une perspective prometteuse pour la danse sur le territoire. Les succès aux concours fédéraux vécus jusqu’alors, ici chaleureusement félicités ; la qualité de la formation proposée tant en pratique en amateur qu’en préprofessionnalisation, visant une excellence, mais privilégiant aussi et de manière affirmée un accès au plaisir de la danse ; la diversification des propositions et projets d’actions, l’excellence des diffusions présentées (spectacles de fin d’année) ; font des Ateliers Chorégraphiques du Château Coquelle un projet de développement de référence. Cette saison, ici aussi, sera pris en compte le retour du calendrier scolaire à 4 jours par semaine. Une foule d’initiatives émergent, à suivre de près et en conscience.

Plaisir et surprise, débats et partages, tout cela nous attend cette saison, porté par tant de richesses individuelles et collectives des acteurs du Château Coquelle (partenaires, personnels, bénévoles et publics), pas seulement ici remerciés, surtout félicités !

Paul LEROUX

Directeur

Bureau de l’Association :

Claudine HIVIN, présidente d’honneur ; Maryvonne PLAYE, présidente ; Guy GERVAIS, vice-président ;  Thérèse TRAN, trésorière ; Anne-Françoise COULOMBET, trésorière adjointe ; Clémentine VERRONS, secrétaire ; Jean-François GOSSELIN, secrétaire-adjoint

Les Rencontres Photographiques de Dunkerque

Le Château Coquelle dispose d’une galerie qui lui a permis de mettre en œuvre de longue date des expositions de photographie. Ce travail repose sur les objectifs suivants :

    • Développer un cycle annuel d’exposition qui permet de construire des espaces de débats et de conférence associés aux présentations des expositions.
    • Permettre l’émergence artistique par l’accueil une fois par an d’un artiste en devenir qui réalise sa première exposition.
    • Apporter une ouverture esthétique et artistique par l’accueil d’artistes et plasticiens en photographie contemporaine.
  • Construire un processus d’accessibilité des expositions aux temps scolaires et structures partenaires collectives.

Découvrez toute la programmation photographique 2018/2019 du Château Coquelle, dans et hors les murs :

« Bienvenue au jardin »

de Marcelle THOORIS, Xavier RENARD et Philippe GARDELEIN

Visible jusqu’au mois d’avril 2019 dans le parc Coquelle.
Une conférence sur les jardins partagés sera proposée lors du marché du végétal 2019

« Ceci n’est pas une poule »

de Antoine PETITPREZ

Du 29 septembre au 22 décembre 2018 dans la galerie Robert CHATA. Vernissage le 28 septembre à 18h30, en présence de l’artiste.
Rencontre avec l’artiste une heure avant le vernissage.
Visite commentée de l’exposition : mercredi 5 décembre 2018 à 18h30

« Cubologie – Nos vies dans les cubes »

de KVM / BOUROULLEC

Du 29 septembre au 22 décembre 2018 dans le Petit Salon du Château Coquelle.
En partenariat avec le Frac Grand Large — Hauts-de-France.
Vernissage le 28 septembre à 18h30, en présence de KVM.
Rencontre avec KVM une heure avant le vernissage.

Rencontres avec les commissaires d’exposition, Keren Detton (directrice du Frac Grand Large — Hauts-de-France) et de KVM — Ju Hyun Lee & Ludovic Burel, le 13 octobre à 14h30 au Château Coquelle et à 16h00 au Frac Grand Large

« Seaside Stories »

de Franck BERNHARD

Du 12 janvier au 2 mars 2019 dans la galerie Robert CHATA
Vernissage le 11 janvier à 18h30, en présence de l’artiste.
Rencontre avec l’artiste une heure avant le vernissage.
Visite commentée de l’exposition : mercredi 27 février 2019 à 18h30

« La forêt de la Panne »

de Sophie DEBALLE

Du 16 mars au 4 mai 2019 dans la galerie Robert CHATA
Vernissage le 15 mars à 18h30  en présence de l’artiste.
Rencontre avec l’artiste une heure avant le vernissage.
Visite commentée de l’exposition : mercredi 24 avril 2019 à 18h30

« 14 stations »

de l’association SENZA

Du 16 mars au 4 mai 2019 dans le Petit Salon du Château Coquelle.
Vernissage le 15 mars à 18h30 en présence des artistes, Frédéric TOUCHARD et Adrien MICHEL.
Rencontre avec les artistes une heure avant le vernissage.
Visite commentée de l’exposition : mercredi 24 avril 2019 à 18h30

« Sidérurgie contemporaine »

collectif (Robert CHATA, Jean-Pierre SCHORPION , Marcelle THORIS, Philippe GARDELEIN, Xavier RENARD, Alain BACHY, Delphine LOONIS et Thierry ROBIC encadrant).

Avec le soutien de la Ville de Lille, la Ville de Dunkerque, la DRAC Nord-Pas-de-Calais, le Service Régional de l’Inventaire Nord-Pas-de-Calais, Canal 9, ArcelorMittal.
Du 13 avril 2019 jusqu’à avril 2020 dans le parc Coquelle.
Exposition en lien à la programmation « Art et Industrie » du LAAC et du Frac Grand Large — Hauts-de-France
Visite commentée de l’exposition : mercredi 19 juin 2019 à 18h30. Visites supplémentaires sur demande au Château Coquelle

« PorTraits »

des étudiants des masters Management Portuaire et Maritime (MPM), Logistique & Transport (LT), Gestion de l’Environnement (EGEED) et Politiques d’Aménagement Urbain et Littoral (PAUL) de l’Université du Littoral Côte d’Opale de Dunkerque (ULCO), du centre Trainmar de Dakar (Sénégal) et de l’École des Cadres de Lomé (Togo)

Du 15 juin au 26 juillet 2019 dans la galerie Robert CHATA
Vernissage le 14 juin 2019 à 18h30 en présence des acteurs du projet
Visite commentée de l’exposition le mercredi 3 juillet 2019 à 18h30
En partenariat avec l’ULCO


Projets de territoires

En plus des actions de diffusion et de pratiques, le Château Coquelle développe dans ses différents secteurs d’activités des projets spécifiques, nommés « projets de territoire ». Il s’agit là de démarches à long terme questionnant les territoires d’intervention de nos activités. On y trouve autant des résidences d’artistes et de création, que des projets de médiation, de ressources thématiques et d’accès à la connaissance et au débat. Le maître mot de ses projets étant le partage, ces projets se caractérisent par une dimension participative des publics, comme par une logique partenariale.

« La forêt de La Panne » – Sophie DEBALLE

Cette résidence de l’artiste photographe Sophie DEBALLE fait suite aux collaborations menées par le passé avec la Ville de La Panne en Belgique, mais aussi au regard du travail de création de l’artiste qui a mené par le passé des projets de résidence portant sur la thématique des espaces forestiers.  Le territoire de La Panne est singulier du fait qu’il s’est construit autour d’espaces forestiers. Il s’agit d’une spécificité sur le littoral nord de la Belgique. Le projet de création porte sur cette singularité, notamment dans une réflexion sur la construction urbaine qui en a résulté, ainsi que sur les hommes qui vivent cet espace forestier étonnant. L’exposition présentée cette saison au Château Coquelle sera suivie d’une exposition sur le territoire de La Panne au sein de la galerie Scharbiellie, dans la saison suivante.

« PorTraits » – Collectif étudiant de l’ULCO

Ce projet, né en 2016, vise à tirer parti des liens institutionnels qui existent entre les villes portuaires de Dakar (DK) et de Dunkerque (DKR). Il veut comprendre et illustrer la manière dont certains défis du développement des activités portuaires et maritimes et de la reconfiguration des territoires sont perçus, pensés et mis en œuvre dans des sociétés en mutation au Sénégal. Pour cela, les étudiants des masters Management Portuaire et Maritime et Logistique et Transport de l’Université du Littoral Côte d’Opale et du centre Trainmar de Dakar ont réalisé des reportages qui rendent compte de la mutation des territoires littoraux.

« France périphérique » – Pierre FAURE

Par une démarche sensible, respectueuse et de fait résolument lente, l’artiste photographe Pierre FAURE se propose de construire des images des populations dites « pauvres ». De manière affirmée, cette appellation que nous employons ici avec force prudence, tant elle traduit une volonté systémique de catégorisation, doit être interprétée, au regard de la démarche précise et engagée de l’artiste, comme une volonté de donner à voir des populations exclues de la marche forcée de nos sociétés contemporaines. Cette marche forcée que nous aurions tendance à limiter en termes de libéralisme économique doit aussi être interrogée sous l’angle culturel, tant ces exclusions s’incarnent aussi dans l’urbanisation accélérée, dans la diminution des liens sociaux et des solidarités, comme dans l’individualisme galopant de nos temps présents… Ce travail de création prudent donne à voir des images fortes, plastiquement irréprochables et à distance respectueuse des sujets. La résidence faisant appel à des partenariats étendus au regard du territoire des Hauts de France concerné, aboutira à une proposition d’exposition à l’horizon de 2020.

« La couleur des filles » – Julie MARSEQ

« En 2016, j’ai participé à un parcours d’art contemporain en pays d’Auge. La charte graphique réalisée par les organisateurs attribuait à chaque artiste une couleur. Tous les artistes étaient des hommes, j’étais la seule femme. J’ai découvert que l’on m’avait attribué la couleur rose. Passés le trouble et le dépit, je suis, au sens propre comme au figuré, devenue rose. À cette occasion j’ai commencé à regarder autrement mes filles. Leurs jeux, leurs gestes quotidiens, leurs attitudes et leurs postures lorsqu’elles se retrouvent entre amies. Qu’est-ce qui les pousse à systématiquement vouloir se grimer en princesses ? Qu’est-ce qui les amène finalement à vouloir atteindre, dès leur plus jeune âge, ce mythe de l’éternel féminin, cet idéal de femme qui, comme l’expliquait Simone de Beauvoir, génèrera toujours une attente déçue ?  Sophia et Anna ont respectivement 4 et 7 ans. Dans la vie, ce sont mes filles ; dans ce projet, elles seront des modèles autant que des guides et des repères ».

En 2017, dans le cadre de « Watch this space », biennale d’art contemporain porté par 50° Nord, l’artiste photographe Julie MARSEQ avait produit une amorce de ce travail de création présenté en exposition au sein du Château Coquelle. Ce projet fait l’objet d’une poursuite et d’un approfondissement qui proposera une exposition en 2020.

« Réserve » – Laetitia LEGROS

Dans une collaboration qui se veut élargie associant notamment le Musée de la Gravure et de l’Estampe originel de Gravelines, le FRAC Grand Large-Hauts de France et Fructôse ; le Château Coquelle accompagne le projet de création et médiation de l’artiste plasticienne Laetitia LEGROS. Cette démarche artistique singulière s’attache à interroger des supports multiples d’images (photographies, gravure, vidéo,…), en ce qu’ils ont de spécifique et commun. Y sont ainsi convoquées des notions multiples telles que la réserve, le temps, ombres et lumière, mouvement et déplacement, perspective,… L’ensemble combinerait plusieurs phénomènes et enjeux, tant liés à des considérations techniques et historiques qu’à la nature de ce qui se joue dans l’image. Cette démarche participative aboutira à une exposition, pensée au sein du Château coquelle et ailleurs à l’horizon de 2020.

Centre de ressources photographiques

Au titre du Centre de ressources photographiques, le Château coquelle poursuit une politique d’acquisition annuelle de documents (livres d’art, catalogues d’exposition,…). Ces acquisitions viennent compléter une collection déjà significative qui fait l’objet d’une exploitation continue au sein des ateliers et stages de pratique photographique.

« Enchaînements » – Réinterprétation du fond du CRP/

du 16 mars au 21 avril 2019 au Learning Center Ville durable de la Halle aux sucres. Vernissage le samedi 16 mars 2019.

L’exposition Enchaînements est le fruit d’un partenariat entre l’Art de Muser, association du Master Expographie-Muséographie de l’Université d’Artois, et le CRP/Centre régional de la photographie Hauts-de-France, centre d’art dédié à la photographie et à l’image contemporaine, doté d’une collection témoignant, notamment de l’histoire sidérurgique et minière de la région.

Cinq étudiantes du Master ont ainsi réinterprété le fonds du CRP/ en s’intéressant à la mémoire ouvrière et plus particulièrement à la représentation du corps au travail. La sélection d’œuvres photographiques qu’elles ont réalisée se donne à voir comme une suite de positions, de gestes et de mouvements. En action, parfois sous tension, le corps devient prolongement de l’outil. Anonymes sans être solitaires, ces travailleurs produisent ensemble. Le photographe, lui, capte et inventorie les gestes quotidiens des travailleurs. Cette exposition sera rythmée par une programmation d’événements culturels développée en partenariat avec différents acteurs du territoire dunkerquois dont des temps de médiation prenant la forme de visites ou d’ateliers, menés par le Château Coquelle.

« Le Tour » – Fructôse à 10 ans !

Du 8 septembre au 4 novembre 2018

Exposition des artistes de Fructôse dans l’agglomération dunkerquoise

L’une des priorités de ce projet et de révéler les espaces du commun, partagés par tous, mais d’une manière poétique, détournée, surprenante, éphémère. Il s’agit de renouer avec son quotidien et sa ville par le biais de l’art, de propositions venant d’artistes ancrés sur le territoire.

à coté du  Château Coquelle, Isabelle Vannobel présente « La maison du fond du parc ».

Rencontre avec le public le vendredi 5 octobre 2018 à 18h00 au Château Coquelle en présence de l’artiste.

Récits sans frontières

En collaboration avec la Communauté Urbaine de Dunkerque, le Château Coquelle porte depuis 2015, le festival intercommunal des arts du récit, nommé « Récits sans frontières »

La Petite Résidence

Chaque trimestre le Château Coquelle invite un conteur, une conteuse, un collectif d’artistes ou une compagnie dans l’optique de sensibiliser les publics aux arts du récit.
L’équipe artistique peut conduire toute action appropriée : ateliers, stages, répétitions ouvertes au public, interventions diverses, ainsi que  la diffusion de spectacle.

Melissa BAKER / octobre novembre 2018
Melissa Baker est le fruit de l’union improbable d’une montagnarde du Kentucky et d’un rebelle irlandais à la Don Quichotte. Elle a connu une enfance plutôt bariolée dans une maison hantée par Jesse James, entourée d’une forêt balayée par la sorcière de Pungo, au bord de la baie de Chesapeake aux États-Unis.
Elle sera en résidence au Château Coquelle pour peaufiner sa nouvelle création : une relecture du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling. Un récit qui permet de se questionner sur sa nature : c’est quoi être humain ?

Amandine ORBAN DE XIVRY / février mars 2019
Amandine Orban de Xivry est conteuse. Ça, ça lui est tombé dessus quand il a été temps pour elle de plonger dans le réel et c’est peut-être ce qui l’a sauvée !
Elle mêle l’écriture et l’oralité, le répertoire traditionnel et les récits de création, le travail en solitaire et les émulsions collectives. A travers les histoires, elle guette les collisions et à chaque big bang intime elle se réjouit de voir que le mur entre réalité et fiction est souvent plus poreux qu’elle ne le pense.

Les ateliers de Pénélope / avril 2019
Emilie Debard et Natalia Wolkowinski seront en résidence au Château Coquelle pour leur nouvelle création : « Dans les jupes de ma mère ». Ce spectacle oscillera entre conte et theatre d’objets pour parler du passage de l’état de nourrisson à celui d’enfant. Comment évoquer le rapport fusionnel de la mère qui rêve de garder son enfant sous son giron et qui aussi rêve de liberté. Parce que les premiers pas sont une grande aventure qui se fait parfois du bout des doigts.

PROJETS DE TERRITOIRE

« Le Café Madeleine »
Ce projet propose à des groupes d’aînés de rencontrer une conteuse ; discuter ensemble autour d’un café et d’une madeleine pour offrir la parole à ceux que l’on n’écoute plus beaucoup.
Ces rendez-vous mensuels ont lieu au Val des Roses et permettent aux résidents de rester ouverts sur le monde et non pas de se refermer tout en partageant ce qu’ils sont. Ce projet est tout aussi important pour nous dans la rencontre de nos aînés.

« L’Été des Balises »
Le Château Coquelle collabore avec le Réseau des Balises dans le cadre de l’Eté des balises. Parmi les différentes animations proposées telles que les ateliers, les expositions interactives, le Château Coquelle propose la diffusion d’un spectacle lié aux arts du récit dans plusieurs bibliothèques et lieux de l’agglomération.

« Le Manifeste »
Le Château Coquelle collabore avec la Compagnie des Mers du Nord et accueillera des ateliers du Manifeste dans le champ des arts du récit, suivis d’une présentation au Palais du Littoral à Grande-Synthe, dans le cadre du festival en Juillet 2019.

« L’université d’été » / Les Littoerales
Le Château Coquelle soutiendra l’Université d’été du récit mise en œuvre par l’association Les Littoerales. Ces temps d’échanges conviviaux, transdisciplinaires et intergénérationnels se clôtureront au Château Coquelle avec la diffusion d’un spectacle en Août  2019.

« La bonne franquette »
Nous avons invité trois conteuses à aborder les thèmes de la citoyenneté, du vivre ensemble, de l’égalité des genres et de la laïcité. Nicolette Picheral, Sandrine Gniady et Barbara Monin iront à la rencontre des habitants, un temps de discussion et d’échanges pour se questionner sur ces notions et sur leurs sens. Les quatre conteuses partageront leurs histoires et les histoires de tous et chacun au travers de diverses formes de partage. Cette résidence d’artistes fait l’objet sur la saison à venir d’une démarche spécifique sur le territoire de la Tente Verte, dans une collaboration nourrie avec la Maison de quartier de la tente Verte.